Connexion

La plongée Trimix

En plongée sous-marine « traditionnelle », les plongeurs s’équipent d’une bouteille remplie d’air. Il s’agit du même air que nous respirons quotidiennement, présent à la surface de la terre, composé approximativement de 20% d’oxygène et de 80% d’azote.

Si vous êtes un pro de la théorie de la plongée, vous le savez déjà : au delà de 60 mètres de profondeur, la respiration de l’air devient dangereuse. En effet, les pressions partielles qu’exercent chacun des gazs les rendent toxiques pour l’organisme, avec des risques de narcose dus à l’azote et des risques d’hyperoxie dus à l’oxygène. La plongée à l’air est donc, pour des raisons de sécurité, limitée à une profondeur de 60 mètres.

Le mélange Trimix

Le Trimix est un mélange respiratoire composé de 3 gazs : de l’oxygène, de l’azote et de l’hélium. On parle de mélange ternaire.

L’hélium est un gaz dit « léger » et est 100 fois moins narcotique que l’azote. Le mélange trimix permet ainsi de réduire les risques d’essouflement et de reculer le seuil de profondeur limité par le risque de narcose. Le trimix est donc utilisé dans le cadre de plongées profondes, à partir de 50 mètres et jusqu’à 120 mètres.

La plongée au mélange Trimix necessite une formation spécifique.

Lors de la préparation de sa plongée au Trimix, le plongeur tech choisit la composition de son mélange. Il prend en compte différents paramètres tels que la profondeur maximale qu’il va atteindre ou les différents paliers à effectuer. Il joue donc sur la quantité d’azote, liée aux risques de narcose, ainsi que sur la quantité d’oxygène liée aux risques d’hyperoxie.

Par exemple, un trimix 20/25 est un mélange composé à 20% d’oxygène, à 25% d’hélium et donc à 55% d’azote.

 

Recherches récentes